les parlottes

 

Une parlotte, c’est un moment privilégié de dialogue mené en public au corridor, avec un invité.
De la même manière que notre pensée s’incarne dans nos créations, nous demandons à nos invités de venir nous parler de leur vision du monde et de la manière dont elle se traduit dans leur pratique, dans leur métier. La façon dont cette vision du monde s’est élaborée nous intéresse plus particulièrement. Suivant quel parcours ?
Comment nos invités ont-ils construit leur savoir, leur pensée ? À quelles sources et références sont-ils allés puiser pour la forger ? Comment articulent-ils tous ces apports ? Les parlottes sont donc des moments d’échanges entre personnes qui ne viennent pas spécialement du métier de la scène, mais qui, par leur pensée et par leur travail, enrichissent nos réflexions autour des thématiques de nos créations.
Il s’agit donc de créer des ponts avec eux et avec le public, pour construire ensemble une pensée. Notre intention est de nous rapprocher de l’oeuvre en nous intéressant à ce qui la constitue : en rendant visibles et accessibles les processus de création, toute personne pourra se les approprier.

 


prochaines parlottes

20 novembre 2018 à 18h30: projection du film "Absolute beginners" de Fabrizio Terranova, dans le cadre de la journée "prises politiques de la maladie" organisée par le séminaire de philosophie des sciences de l'Université de Liège. La projection sera suivie d’une discussion en présence du réalisateur et avec Laurence Bouquiaux, Vinciane Despret, Emilie Hermant, Elisabeth Lebovici, Valérie Pihet et Julien Pieron

 

21 janvier 2019 à 20h: avec Nicolas Frize, compositeur de musique symphonique et de musique mixte

Il mène depuis une quarantaine d’années sa recherche musicale en impliquant de façon singulière les interprètes (professionnels et non musiciens), en innovant souvent dans l’instrumentation (la recherche de nouvelles lutheries), en travaillant la relation des œuvres aux espaces (spatialisations et scénographies).
Ainsi ses partitions sont la plupart du temps écrites de façon très spécifique pour des lieux, pour des interprètes, pour des sources sonores, et émergent de résidences longues et d’implantations singulières lors de grands projets thématiques qu’il initie avec des institutions, dans des établissements, des lieux de travail ou des territoires les plus divers.

Les liens entre l’Art et la vie quotidienne trouvent leurs résonances dans l’activité entière de Nicolas Frize, en particulier dans sa réflexion et ses relations de création avec le monde du travail. C’est une des raisons d’être de nombre de ses résidences passées, faisant du monde du travail un des lieux privilégiés de ses captations sonores. 

En 1984 il réalise une très importante mémoire sonore des usines Renault de Boulogne-Billancourt, commande du comité d’entreprise de Renault et du ministère de la Culture et de l’Environnement, alors que l’usine s’apprête à fermer. En résulte Paroles de voitures, une création pour voix et bandes magnétiques.
Il renouvellera ensuite l’expérience à l’Hôpital Delafontaine, à la Manufacture des Gobelins, au Centre de Recherche du Gaz de France, à la RATP, à l’usine PSA de Saint-Ouen, et dans nombre de lieux de travail… 

En 2010 il crée TRAVAILS, journal collectif et proliférant, gratuit et tri-annuel, rassemblant des entretiens menés auprès de divers salariés sur leur lieu de travail. 
Il en existe aujourd’hui douze numéros : Le Corps ; Le Langage (1) ; La Pause ; L’Arrêt ; La Suspension ; Le Langage (2) ; La Personne et la Fonction ; Le Temps ; La Discute ; Le Collectif ; Les Façons de faire ; Les Sens ; La Nuit ; La tête et les mains ; Bouger.12
L’initiative est militante, et vise à rendre compte à travers différentes thématiques, de la subjectivité du « travaillant » (nom propre qu’il inaugure), de l’appropriation sensible, sensorielle et intellectuelle de chaque individu dans son activité professionnelle. 

 

 

les invités de nos précédentes parlottes

25 avril 2018: Mirabilia, conférence-cabinet de curiosités de Isabelle Dumont

Le cabinet de curiosités, ancêtre des musées, est souvent perçu comme un capharnaüm de bizarreries hétéroclites. Il est pourtant un petit théâtre du monde, dont les mirabilia – choses « admirables » qui valent la peine d'être vues, objets rares, insolites ou précieux – aiguisent le désir de savoir et sollicitent le sens autant que les sens ...

20 mars 2018: dans le cadre de Nourrir Liège,  la recherche c'est nos oignons, conférence gesticulée de Barbara Van Dyck suivie de Quelles recherches pour quelle agriculture? parlotte entre scientifiques et maraîcher.ère.s engagé.e.s dans des projets de recherches liés aux pratiques agricoles sur petites surfaces. Avec Didier Demorcy, Corentin Dayez, Ariane Hermans, Yannick Hostie et Barbara Van Dyck.

 

7 mars 2016 : Antonia Taddei et Ludovic Nobileau (compagnie X/tnt). Ces artistes s'engagent dans la création d'un Code de la Déconduite, guide citoyen examinant ce qui est permis de faire ou non dans l'espace public.

 

4 février 2016 : Julien Bobroff, physicien, est enseignant-chercheur à l’Université Paris-Sud (Orsay) et y anime le groupe de recherche “La physique autrement” (Laboratoire de Physique des Solides). À l’origine de nombreuses collaborations entre art, graphisme, design, illustration et science, il travaille à la vulgarisation scientifique et sur les nouvelles manières de présenter la science au grand public. Il mène un projet avec Patrick Corillon autour de la notion du zéro absolu qui est la température la plus basse qui puisse exister.


 

26 octobre 2015 : Fabrizio Terranova (ERG) en dialogue avec Vinciane Despret professeur (ULg) et Benedikte Zitouni professeur (Université Saint-Louis), suite à la projection des rushes de « Pour un film chien » dans le cadre de deux journées d’études « Staying in the trouble avec Donna Haraway » organisées par le groupe Fructis (ULg)

 

20 mars 2015 : Julie Bawin docteur en histoire de l’art, professeur à l’Université de Liège en dialogue avec Paul Ardenne, critique d’art, agrégé d’histoire et docteur  en  histoire de l’art, maître de conférences à l’Université Picardie Jules-Verne (Amiens)

 

17 mars 2015 : Elisabeth Claverie sociologue, Directrice de recherches au CNRS et à l’EHESS en dialogue avec Elsa Maury, plasticienne et chercheuse en Arts plastiques, suite à la projection du film « Dust Breeding et le procès de R. Karadzic » de Sarah Vanagt, en préalable à une journée organisée par le groupe Fructis (ULg) « La politique entre sciences sociales et philosophie. Autour des travaux d'Elisabeth Claverie et Bruno Karsenti »

 

17 décembre 2014 : Patrick Corillon interviewé par Patrick de Lamalle (journaliste RTBF) à propos des Éditions du corridor.

 

14 novembre 2014 : Agnès Limbos, auteure, comédienne et metteur en scène qui a fondé et dirige la Compagnie Gare centrale

 

21 octobre 2013 : Vinciane Despret, Philosophe, maître de conférence à l’ULg.

 

18 mars 2013 : Csilla Kemenczei, psychanalyste jungienne, fondatrice de l’institut Athanor (Art Thérapie).

 

14 janvier 2013 : Pierre Muylle, directeur du MAD Musée de Liège

 

3 septembre 2012 : Vincent Geenen, directeur de recherche FNRS, Professeur d'embryologie à l'ULg et Chef de clinique en endocrinologie au CHU de Liège

 

16 avril 2012 : Jean-Marie Lemaire , neuro-psychiatre, spécialiste en réadaptation fonctionnelle, thérapeute familial, fondateur de la clinique de la concertation

 

9 janvier 2012 : Sarah Vanagt, vidéaste et réalisatrice flamande. Rencontre dans le cadre de la projection de son film «Boulevard d’Ypres » où elle interroge la question de l’exil à travers des rencontres des habitants de son quartier.

 

26 septembre 2011 : Michel Defourny, spécialiste de littérature jeunesse et spécialiste des mythes

 

6 septembre 2010 : Michel Antaki, agitateur levantin, fondateur du Cirque divers à Liège

 

20 mai 2010 : Pierre Hebbelinck, architecte et éditeur

 

 

haut de page