cocon!

 

© Beata Szparagowska

On n'adopte jamais l'être venu d'ailleurs,
on lui demande toujours de s'adapter.

Nous avons tous un jumeau mais la plupart d’entre nous l’avons mangé. Nous l’aurions fait disparaître pour pouvoir exister. Nous ne vivrions que parce que nous avons réussi à tuer l’autre. L’histoire vraie de Judith Scott, trisomique et sourde, et de Joyce, sa sœur jumelle est le fil rouge du spectacle. Enfants, elles furent séparées pour permettre à Joyce, la sœur « normale », de bien se développer. Trente-cinq ans plus tard, Joyce se relie à elle, permettant ainsi à Judith de devenir une grande figure de l’art brut et ce, en tissant des sortes de cocons multicolores. Cocon — dans l’usage courant appliqué à l’humain — désigne un lieu de repli, de confort. Il est aussi l’enveloppe nécessaire à la métamorphose. Comédienne et metteure en scène, Dominique Roodthooft s’entoure d’une subtile association d’artistes polyvalents et cultive la fertilité des approches multiples. Cocon, c’est l’abri d’une promesse, l’expérience du devenir autre, le lieu d’incubation de tous les possibles, tant merveilleux que monstrueux. Une célébration de la transformation et du lien. Avec aussi de la musique, de la danse et des chansons !

 

CRÉATION - DIFFUSION

Rideau de Bruxelles, 05 - 18 Octobre 2018 – Au Théâtre des Marni
Théâtre de Liège, 23 – 27 Octobre 2018

 

EQUIPE ARTISTIQUE

Conception Dominique Roodthooft.  
De, par et avec Isabelle Dumont, Dominique Roodthooft, Mieke Verdin, Clément et Guillaume Papachristou (acteur.rice.s), Eric Domeneghetty (danseur), Joël Bosmans (créateur lumière et musicien), Pierre Kissling (compositeur et musicien), Raoul Lhermitte et Mathias Ruelle (créateurs multimedias), Valérie Perin (scénographe).

 

PRODUCTION

le corridor

Rideau de Bruxelles
Théâtre de Liège

DC&J Création
Avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral de Belgique et Inver Tax Shelter.
Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles -  Service du théâtre – CAPT et de la Région wallonne, Aide à l’emploi.
Merci au Créahm.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de page