patua nou

dans le cadre du projet Bérénice

Trailer

 

Photos
Intentions

Le travail artistique de Dominique Roodthooft s’attache toujours à l’humain et sa puissance de vie, quoi qu’il arrive. Elle a imaginé Patua Nou, une démarche d’art vivant dans la rue. Elle s’inspire de la coutume des patachitras, dispositifs d’art narratif chantés et représentés sur rouleau. Les patua (conteurs originaires du Bengale de l’Ouest) peignent eux-mêmes des rouleaux sur lesquels ils illustrent suivant la tradition des témoignages, des contes ou des poésies. Puis ils déroulent leurs images qu’ils interprètent sous forme mélodique en situant du doigt la progression du récit. Dominique Roodthooft transpose ce principe de récit imagé pour créer de nouvelles histoires en lien avec l’exil au sens large. Et ces nouvelles histoires dessinées sont mises en musique par Pierre Kissling et chantées, pour la plupart, par des jeunes acteur.rice.s. Et si la thématique fait écho aux migrations contemporaines, le chant et le dessin, permettent d’aborder la question de façon joyeuse et poétique : s’éloigner de l’actualité directe ne veut pas dire fuir le réel mais s’y confronter avec un regard bienveillant, questionneur, éloigné de la peur ou de la souffrance qui empêche de penser. Refuser la doxa d’un certain présent douloureux pour opérer un retour sur les fondements de l’existence. L’exil comme mouvement vital et universel vers l’ailleurs.

 

 

Il y a huit propositions de récits chantés dessinés. Ils sont écrits et composés à partir de l’expérience personnelle de chacun des acteur.rice.s. Huit récits de vie pour aborder des exils différents :


l’exil économique
ou comment un homme sans travail fuit la misère de son pays pour trouver un emploi ailleurs
l’exil politique
ou comment un homme fuit son pays natal pour échapper à un pouvoir tyrannique
l’exil choisi
ou comment un exil épanoui interroge le sort peu enviable des nouveaux arrivants
l’exil intérieur
ou comment la souffrance psychique peut nous isoler du monde qui nous entoure
l’exil de l’exil
ou comment un exilé peut enfouir son expérience et en couper ses descendants
l’absence de l’exil
ou comment un enraciné peut se questionner sur le mouvement
l’exil de l’autre
ou comment l’autre peut exiler celui qui n’est pas comme lui
l’exil poétique
ou comment faire une ode aux voyageurs de tout bord

 

Chaque chanson est illustrée par un artiste différent selon un dispositif variable.

 

Langue utilisée, langue d'origine de l'acteur.rice
Les patachitras sont chantés, scandés, racontés par des acteur.rice.s - chanteur.se.s dans différentes lan - gues : principalement celle du pays où ils sont nés (le français). Mais certains refrains sont chantés dans la langue d’origine de leur famille avant leur exil. Les spectateur.rice.s reçoivent un petit livret qui résume le contenu de la chanson.

 

Hors les murs par chance ou balade organisée
L’ensemble (8 « patachitras ») est présenté hors les murs, dans l’espace public, soit dans la rue, soit à l’in - térieur d’un théâtre ou d’un autre bâtiment. Il peut s’inscrire dans la programmation mais, vu la gratuité, il reste accessible au passant.e ou promeneur.euse qui peut s’arrêter et rentrer en culture par accident.

Dans l'espace public, chacune des huit stations est signalée par la présence d’un ballon rond flottant de couleur différente.

 

Création - diffusion :

14 août au Festival Royal de Spa.

18 août 2019 au festival Haaste Töne?! à Eupen 

6 et 7 septembre 2019 au Théâtre de Liège 

8 septembre 2019 lors de Signal, organisé par le CIFAS à Bruxelles 

26 et 27 septembre 2019 lors de la Caravane Bérénice du Festival Passages à Metz 

 

 

à venir en 2020

 

le jeudi 9 juillet dans le Jardin Darcy à Dijon

 

 

Reporté en 2021

 

le samedi 24 avril au Festival Les unes fois d'un soir à Huy

le samedi 8 mai au Festival Tempo Color au DELTA à Namur

le dimanche 9 mai au Parc de Waroux à Alleur - organisation du Centre culturel d'Ans

le dimanche 23 mai  au Centre Culturel de Dinant 

date à déterminer aux Tombées de la Nuit à Rennes

date à déterminer pour les étudiants Educateurs de la Haute école HELMO à Liège

 

Production

le corridor (Liège)


Coproduction

Dans le cadre du projet  Bérénice : 

le Théâtre de Liège, l'association Passages (Metz), l'EPCC Metz en Scènes, le Chudoscnik Sunergia à Eupen,

 

le Centre des Arts scéniques à Mons,

les Tombées de la Nuit à Rennes,

le Centre culturel de Dinant


Avec l’aide du Royal festival de Spa et du CIFAS à Bruxelles,


Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Région wallonne

 

Équipe artistique

Conception et Mise en scène : Dominique Roodthooft

 

Aide à la dramaturgie: Patrick Corillon, Isabelle Dumont et Valérie Perin

 

Dessins : Anne Brugni, Hélène Drénou, François Godin, Pascal Lemaître, Céline Thoué, Camille Van Hoof, Lasse Wandschneider, Cyrille Aron, Nausicaa Gournay

 

Composition des chants : Pierre Kissling

 

Jeu, Chant, Manipulation des rouleaux : Charlotte Allen, Ninuccia Berthet, Audric Chapus, Nora Dolmans, Isabelle Dumont, Emilie Franco, Shana Mpunga, Anna Solomin, Fiona Willemaers

 

Scénographie: Valérie Perin et Rüdiger Flörke

 

Infographie : Raoul Lhermitte

 

Merci à : Edith Bertholet, Patrick Corillon, Nina Cosco, Sandra Gasparotto, Csilla Kemenczei, Nicole Kohnen, Elsa Mescoli, Brigitte Vandenbossche

Presse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de page